FESTIVAL AU TEMPS POUR NOUS

PRÉSENTATION DU FESTIVAL

(pour télécharger le dossier artistique du Festival, cliquez  ici)

Pourquoi le temps ?

Tout d’abord parce que nous n’avons qu’une vie et qu’elle est limitée dans le temps.Le temps prend une place importante dans l’expression populaire : « je n’ai pas eu le temps », ne l’avons-nous pas ou ne le prenons-nous pas ? « dans le temps c’était mieux », comme s’il était déjà mort ?
L’expression du temps est utilisé jusque dans les slogans électoraux  « le changement, c’est maintenant », « travailler plus pour gagner plus ».
 Ce n’est pas un hasard si la réflexion du temps est omniprésente dans nos vies, car il est en quelque sorte le tapis roulant de nos existences et donc un sujet qui nous occupe profondément. Et nous sommes tous concernés par ce sujet.

Comment réfléchir le temps ?

Au travers d’une programmation variée, mêlant intelligence et divertissement, nous pensons toucher les personnes les plus diverses, enfants comme adultes, citadins, banlieusards, étrangers, campagnards…  Des  personnes de situations sociales et économiques différentes .
Deux questions seront au centre du festival :
– Qu’allons-nous réaliser avec le temps qui est le nôtre ?
– Comment allons-nous réaliser nos rêves ?
  • Avec le spectacle de théâtre de Denis Guénoun « Qu’est-ce que le temps », nous aborderons le temps par le biais de la philosophie vulgarisée, le spectacle prenant la forme d’un sketch à la manière de Raymond Devos.
  • Etienne Klein nous parlera du temps par l’optique de la physique, ou comment le temps est une prison sans barreaux.
  • La  chanteuse et comédienne Léopoldine HH et ses musiciens feront vibrer les corps au rythme des chansons de Colette Magny, Nina Agen et Roland Topor.
  • Les Cabarettistes réinvestiront une époque artistique française d’après guerre : période des Trente Glorieuses où se sont épanouis les cabarets de la « rive gauche ». Nos cabarets allient chansons, contes et théâtre documentaire, réunissant des artistes tels qu’Allain Leprest, Jehan Jonas, Anne Sylvestre, Boby Lapointe et tant d’autres connus et méconnus .
Sur le même sujet d’autres aspects vont être abordés par le biais de la chanson, du théâtre et de conférences théâtralisées, ainsi que des lectures : le surmenage au travail, le temps mis en bourse, le rapport de la musique et du temps, l’immigration et ce que nous avons d’inconnu en nous, l’économie de temps, le temps de raconter des histoires, notre rapport au vieillissement et à la mort au travers de la correspondance épistolaire…
Enfin pour faire l’expérience du temps, des ateliers gratuits seront mis en place : cuisine, théâtre, danse, musique, conte et écriture.

« Aux spectateurs, nous leur disons en quelque sorte : «  Ici, c’est chez moi ! »

mais nous ajoutons : « Je vous invite. » Anne Sylvestre

Notre équipe d’organisation investira le lieu du Théâtre de l’Opprimé comme s’il s’agissait de « chez nous» afin d’y inviter les spectateurs. L’équipe d’organisation assurera la jonction entre les spectateurs et les artistes invités. Tout au long du festival, elle interviendra avant, entre et après les spectacles avec des impromptus et des chroniques (mêlant chansons, textes et sketchs autour du temps…). Elle proposera également des évènements à entrée libre : lectures et ateliers, qui se dérouleront dans les lieux du douzième arrondissement, partenaires du festival. Ces quelques activités gratuites ont pour but d’ouvrir le festival à un public plus large et d’ancrer ce festival dans l’arrondissement.

Un Festival Nomade Pour Tous

Un festival nomade parce que le festival se déroule dans des lieux différents. Nous pensons que l’une des pistes de la culture populaire et de qualité est le déplacement.
Le festival agit avec des institutions  oeuvrant dans le sens de la mixité sociale. Avec le Théâtre de l’Aquarium nous mettons en place un parcours de spectateurs intitulé « État du monde ». Avec le Centre Recherche Théâtre Handicap (CRTH), des Master Class seront données aux élèves avec un rendu lors de la soirée de clôture du festival en compagnie d’artistes et scientifiques. Les Souffleurs d’Images viendront réaliser des audiodescriptions pour les malvoyants et les non-voyants sur les spectacles et lectures de l’ensemble du festival. Un atelier d’écriture verra le jour avec La Maison des Femmes à destination des femmes issues de l’immigration. Le Café de la Commune Libre d’Aligre accueillera l’atelier cuisine ainsi qu’une lecture. D’autres lectures seront également programmées dans les bibliothèques Diderot et Saint-Eloi. Enfin, les ateliers (conte, théâtre, musique et danse) auront lieu dans les Centres d’animations du 12e arrondissements.
Matila Malliarakis
Directeur artistique de la compagnie Les Cabarettistes
Compagnie associée au Théâtre de l’Opprimé

Présentation du Festival                      Programme du Festival                      Carte et lieux du Festival                      Calendrier du Festival                     Informations pratiques                      Soutiens

Théâtre                       Concerts                      Cabarets                      Conférences                      Ateliers                      Lectures                      Impromptus